Dictionnaire des arts médiatiques

Introduction

Le vocabulaire des arts médiatiques

Les technologies et les pratiques d'art médiatique génèrent un langage et un vocabulaire spécialisé dans lequel il devient difficile de se retrouver. Des procédés, des techniques, des instruments, des concepts critiques et esthétiques, des expressions usuelles, enfin toute une culture émerge de cet immense atelier-laboratoire où les paramètres de notre sensibilité sont en train de prendre forme. La réunion de tous ces mots tente de dire ce qui n'est encore qu'expérimental et à bien des égards en quête d'identité. Mais surtout, elle essaie de regrouper, sous un même couvercle, des technologies venant de diverses disciplines et de multiples pratiques pour faire ressortir les traits communs et les différences, pour suggérer des rapprochements et des croisements. Une bonne partie de ces mots ne se trouve pas dans les dictionnaires officiels de la langue française. Ces mots sont trop récents ou trop techniques. Ou souvent, on n'a pas trouvé ou cherché de traduction française adéquate à une expression ou à un terme très répandu en anglais, langue dans laquelle surgissent la plupart des néologismes de la technoculture. Et si on en retrouve un certain nombre dans des lexiques d'articles décrivant telle oeuvre, tel procédé, ils circulent le plus souvent dans des réseaux restreints et ne sont que rarement définis de façon extensive. Destiné d'abord aux artistes oeuvrant dans ce domaine, le dictionnaire se présente aussi comme un outil de compréhension pour le public. Ces démarches utilisant des procédés inusités dans la tradition artistique laissent souvent le spectateur sans mot. Une nouvelle sensibilité et une esthétique émergent au contact de ces oeuvres qui suscitent la curiosité et le désir de les comprendre chez un public de plus en plus étendu qui ne possède pas encore les instruments techniques et critiques pour saisir les démarches et les enjeux de ces formes d'art.

Les informations contenues dans le dictionnaire électronique

Ce dictionnaire électronique des arts médiatiques comporte plus de 2 000 entrées et 500 illustrations graphiques couvrant six domaines : copigraphie, holographie, infographie, multimédia (art cinétique, hypermédias, installations interactives, installations multimédias, performances, réalité virtuelle, robosculpture et télématisme), musique électroacoustique et vidéo, faisant intervenir toutes sortes de technologies de pointe (satellite, fibre optique, laser, plaques photovoltaïques, etc.). D'autre part, et dans son état actuel, les entrées des domaines de l'holographie, de l'infographie, du multimédia et de la vidéo sont documentées par 360 reproductions d'oeuvres, 710 références bibliographiques et 275 extraits de texte agissant comme commentaires. Chaque article comporte une définition, une traduction en anglais, et dans bien des cas un bref commentaire historique faisant état de l'avancement de cette technologie dans le champ de l'art. Les articles retenus définissent des procédés, des instruments, des pièces d'équipement qu'utilisent les artistes des arts médiatiques, ou des termes théoriques et critiques permettant d'apprécier et de commenter les qualités des oeuvres produites dans ce domaine. Nous avons dû privilégier certains critères de sélection des entrées en nous concentrant sur la documentation des termes les plus utiles à la compréhension des technologies en jeu et des dimensions esthétiques introduites par ces formes d'art. Ainsi, nous avons privilégié les termes d'usage fréquent, en particulier s'ils sont par ailleurs peu ou pas définis dans les dictionnaires de la langue française, éliminant les termes très communs sur lesquels on trouve une abondante documentation ou une définition bien suffisante dans ces dictionnaires. Nous avons aussi retenu certains mots d'usage rare ou exclusif à certains artistes se référant à des oeuvres ou à des procédés peu répandus, mais déterminants dans l'histoire de ces pratiques et de l'esthétique. Et si nous avons cherché à définir les technologies les plus récentes, décrites nulle part ailleurs, nous avons cependant conservé un grand nombre de termes rattachés à des pratiques plus anciennes, parfois même avant-gardistes parce qu'elles permettent de saisir l'évolution de ce domaine.

Louise Poissant


Dictionnaire des arts médiatiques
© 1996, Groupe de recherche en arts médiatiques - UQAM